Prune Cirelli

Expert en tableaux de la fin du 19è siècle auprès de l’Union Française des Experts, Prune Cirelli est très attachée en art comme en littérature, au monde anglais victorien et par extension à l’univers parisien de la Belle Epoque puisqu'elle a écrit un mémoire et quelques articles sur Madeleine Lemaire. Elle a également une grande attirance pour l’esthétique japonaise dans ses divers domaines.

Éprise de délicatesse ses goûts sont un mélange de Dickens, Bouvier, Edith Wharton, Henry James, Tanizaki, Mishima... Trés Parisienne la beauté, l'architecture et le minimalisme de la capitale l'inspire dans son travail en particulier la période de la Belle Epoque et au Paris de Marcel Proust. D'ailleurs " je recherche toujours ces détails au cours de mes promenades et je crois bien que mes dessins sont imprégnés de cette nostalgie., elle nous dévoile sa vision de la beauté, comme une éternelle quête de nouveauté"

Je pense que la beauté est une question d’incarnation. Elle est donc indissociable d’une personnalité intéressante et épanouie.

Dans son interview sur Lancome.fr la journaliste interroge Prune sur son amour pour les animaux:  "J’ai commencé à les regarder pour mes croquis, puis j’ai dessiné de plus en plus d’animaux et finalement je n’ai pas arrêté de photographier les chiens dans la rue. Leur caractère anthropomorphe m’amuse beaucoup. J’ai été élevée avec des chiens et après des années de résistance, nous avons finalement adopté, avec mon mari, un petit Jacob, mi-Teckel mi-Jack Russel, en janvier. Et je dois dire sans aucune objectivité qu’il est absolument craquant."